Article en vedette

Stratégie en 3 étapes pour vous faire aimer au travail !

Vous êtes maintenant convaincu qu’il est essentiel de se faire aimer au travail ! Reste a savoir comment y parvenir… Je vous livre ici une stratégie en 3 étapes 1. L’entrée en matière : C’est la première impression qui compte ! Vos collègues vont se faire une image de vous dès...

Lire plus

Le chef peut-il être sympa ?

Publié par Anaïs | Classé dans Vie au bureau | Publié le 20-05-2013

17

Alors si vous venez d’être nommé responsable d’autres personnes et/ou si vous souhaitez le devenir, cet article peut vous intéresser.

Alors pour commencer, oui le chef peut être sympa !

Ce n’est pas parce que vous avez du pouvoir qu’il faut être odieux. D’ailleurs c’est souvent le propre des cheffaillons de vouloir à tout prix prouver leur pouvoir sur les autres.
Ceux qui ont vraiment le pouvoir sont au-dessus de ça.

On obtient bien plus des gens en les traitant comme des collègues qu’il faut convaincre et non comme des esclaves.

Ce n’est pas parce que vous êtes devenu chef que vous êtes passé du côté obscur de la force, vous continuez à être une personne avec ses gouts, ses affinités, et vous pouvez même continuer à participer aux apéros…

MAIS…
Si on ne vous invite plus à la cantine à midi
Si vous avez l’impression qu’on ne vous dit plus rien
Si vous avez l’impression que vos collègues préférés se sont éloignés…

C’est normal !

Vous pensez sans doute que vous n’avez pas changé et vous avez sans doute raison, mais il va falloir laisser le temps à vos collègues de s’adapter à la nouvelle distribution des cartes.

ET AUSSI…

Maintenant que vous êtes chef, vous pouvez être sympa, mais soyons clairs, plus autant qu’avant.

manager

Pas la peine d’être prétentieux, autoritaire ou hautain mais il va falloir malgré tout garder une certaine distance avec ceux qui sont vos subordonnés sinon vous allez perdre toute votre crédibilité.

Concrètement cela veut dire par exemple

  • Que vous ne pourrez plus critiquer la direction (vous en faites maintenant parti et je vous conseille de quitter la discussion si elle commence à dégénérer en attaque à la direction)
  • Vous ne pouvez plus vous plaindre que vous n’avez pas envie de travailler (cela va énerver tous ceux qui savent désormais qu’ils gagnent nettement moins que vous)

Si vous la jouez « eh les gars, je reste votre pote, hein ? Moi je m’en fous de la boite… » Vous allez être considéré avec raison comme un agent double, un type qui essaye d’avoir le beurre et l’argent du beurre.

Inutile de vous dire que ça vous retombera forcément dessus un jour ou l’autre, et si vous êtes trop cool avec vos équipes, elles vont commencer à contester vos décisions, et vont penser qu’il n’y a pas de maitre à bord…en clair ça risque de devenir rapidement ingérable et une fois que la situation sera installée, ce sera très dur de revenir en arrière.

Commentaires (17)

Il y a un très bon livre là dessus, c’est le livre « le manageur minute ». En gros, cela se deroule en 3 phases. Premièrement, vous fixez les objectifs. Deuxièmement, vous observez et vous félicitez. Troisièmement, vous redonnez les points à revoir ou à modifier. Je trouve que c’est vraiment la meilleure manière de manager, même en temps de crise. Le problème est qu’en temps de crise, vous avez des pseudos sups qui font tout pour se protéger eux même et faire croire à leur sup à eux, que vous vous êtes nul. Ils confondent volonté de pouvoir et efficacité. Hors, la meilleure manière de garder le pouvoir, est de s’assurer de légitimer son propre job, en faisant travailler ses subordonnés, le mieux possible. Pourtant, c’est souvent le contraire qui se passe, les sups recherchent l’inertie ambiante pour légitimer leurs actions et leurs décisions par la suite…

Vous en avez qui ont tellement peur de perdre leur place qu’ils font tout, pour ne pas vous fixer d’objectifs ou des objectifs très flous et aleatoires, pour ne jamais vous feliciter et vous encourager et qui font tout, en revanche, pour vous detruire par petites touches et petits pics successifs, jusqu’à décourager complètement l’employé et alors, on en fait appel à d’autres, vu que c’est tellement facile avec tous ces demandeurs d’emploi… Tout cela est bien pitoyable en realité.

En realité, tout l’art d’un bon manageur est de savoir se rendre disponible quand il le faut pour pouvoir ensuite limiter sa presence. Le souci, est que beaucoup de pseudos sups ont tellement peur de se rendre inutiles à l’entreprise, qu’ils rendent inutiles leurs salariés, car il est vra qu’un gérant d’entreprise peut très bien se passer d’un supérieur inopérant et inefficace, pour economiser, car la valeur salariale est plus importante que la valeur encadrante. Mais en realité, le gerant, recherche d’abors des sups pour faire le boulot que le gerant ne veut pas faire, les sups eux vous font faire le boulot qu’ils ne veulent pas faire et cela créer une hierarchie descendante. Vous n’avez aucune possibilité en tant que salarié de remontée d’infos et de prise d’initiative, vous dependez du bon vouloir de votre sup. Et parfois, le gérant se rend tellement invisible que c’est le sup lui même qui veut ètre calif à la place du qualif et qui veut tout regenter. Et c’est comme cela, que l’on arrive dans « lère des manipulateurs et des pervers narcissiques ». L’on fait tout, pour légitimer son job et rien pour légitimer celui de vos subordonnés.

C’est un excellent article, je suis tout à fait d’accord avec votre façon de voir les choses, un patron ou chef à plus intérêt à être sympa et cool avec ses employés plutôt que de les traiter comme des machines ou comme des esclaves, un chef qui sait se montrer sympa et pas trop prétentieux aura plus de succès auprès de ces employés et sera apprécié, par contre un chef qui crie et qui fait le dur et qui ne parle que de travail à longueur de journée sans même montrer un sourire ne sera pas du tout apprécié par ses employés.

Etre un chef cordiale, disponible et à l’écoute de ses collaborateurs voilà la recette payante je pense. Je rejoins cet article rien ne sert d’être odieux ou condescendant car à long terme ça se paie toujours, quand à la productivité des employés sous vos ordres ça ne sera pas toujours optimal.

Oula sujet délicat ….
un chef n est pas la pour être sympa ..un chef n est ni un copain et encore moins un pote de bistrot…il est la pour diriger ..comme dans toute entreprise il y a une hiérarchie … surtout que si une boulette est commise ce n est pas sur les doigts des gens en dessous de lui que l on va taper mais sur les siennes en lui disant « monsieur vous ne savez pas manager  » après il y a l art et la manière de le faire ….

Perso je suis toujours tombé sur des chefs cool.

Mais je pense que cela dépend beaucoup de la perception que nous pouvons donner à notre supérieur.

Je veux dire par la, que certaines personnes paraissent chétives et ont peu de répondant, elle n’en imposent pas donc les chefs se permettent de les écraser et de la humilier.

Mais quand on a certains types de caractères alors cela devient beaucoup plus difficile pour votre patron de vous « bousculer ».

c’est un sujet très délicat.
Je pense que c’est une question de dosage. Un chef pourrait être sympa et cool avec ses employés et donc etre apprécié par eux mais avec des limites

De manière générale un chef est là pour diriger et veiller à ce que tout se passe bien et soit fait dans les temps. Bien évidemment un chef n’est pas un pote mais dans certains domaines (je prends le web en exemple) le fait de travailler en équipe directement avec son chef peut amener certaines affinités et un peu de laisser-aller sans forcément que ça dérape. Le tout est de savoir quand c’est le moment de rigoler et quand c’est le moment de redevenir sérieux.

Salut et merci infiniment pour l’article très intéressent et utile bon courage :)

Voilà un très bon article qui résume bien la difficulté de devenir chef lorsqu’on n’y est pas préparé. Beaucoup de personnes veulent devenir chef mais peu de personnes en ont vraiment les capacités. Cependant, écouter les conseils que l’on trouve dans cet article pourra aider bien des chefs !

C’est clair que respecter ses salariés et leur montrer sa gratitude et de la reconnaissance ne peut qu’être bénéfique. La frustration en s’énervant sur le salarié amène à l’immobilisme de se dernier.
Donc évidemment il faut bien traiter son personnel.

Un chef peut être sympa, mais il doit fixer des limites. A partir de là rien ne peut l’empêcher d’être très apprécié, mais craint aussi en même temps, c’est toute la difficulté de la chose et sans ça, cela deviendra impossible pour lui.

c’est un sujet très délicat.
Je pense que c’est une question de dosage. Un chef pourrait être sympa et cool avec ses employés et donc etre apprécié par eux mais avec des limites

Pour etre responsable d’une équipe je peux vous dire que pour ma part je suis sympa mais jusqu’à une certaine limite et que si le travail est fourni correctement mais il faut avoir une certaine souplesse et compréhension pour ne pas se mettre son équipe a dos sinon c’est pas productif et pour tout le monde !
achat or nice recently posted..vente or niceMy Profile

slt sujet trés intéressant bonne question merci de l’avoir posé,il me semble qu’il soit possible d’allié sévérité et sympatis la force est dans le moyen de concilier les deux car que serait un patrons qui ne serais pas sévère?merci et passer me faire un ptit coucou!
a bientot

Il est clair qu’un patron doit être avant tout à l’écoute de ses employés, et ne surtout pas être en conflit. Souvent le souci des employeurs c’est de vouloir faire passer un message, et trop souvent c’est par la violence ou la menace qu’il passent le message alors qu’il est tellement plus simple de faire comprendre ses besoins, ses envies tout simplement à ses employés

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.