Article en vedette

Ne soyez pas « naturel » au travail !

Si il y a bien une chose impossible dans le monde de l’entreprise, c’est d’être naturel. En effet, Si vous pleurez, on vous prendra pour un dépressif Si vous êtes solidaire, on vous prendra pour un syndicaliste Si vous riez trop, on pensera que vous n’êtes pas sérieux Soyons clairs, l’entreprise...

Lire plus

Je travaille avec…un dépressif : que faire ?

Publié par Anaïs | Classé dans Vie au bureau | Publié le 29-07-2012

Étiquettes :

26

On ne choisit ni sa famille, ni ses collègues et il faut donc vivre avec, mais parfois, cela peut être difficile…

Ce petit article est le premier d’une série destinée aux personnes qui travaille en collaboration étroite avec des personnalités « difficiles ».

Aujourd’hui, nous étudierons le cas du collègue dépressif.

  • COMMENT LE RECONNAITRE ?
  • Il arrive dès le matin avec toutes la misère du monde sur ses épaules, il soupire toute la journée, en marmonnant « pff qu’est-ce qu’on s’emmerde, non ? », « vivement la retraite ! », « vivement ce soir que je me couche »…

    Mais surtout il n’est jamais content, car il voit tout d’un oeil négatif :

    Vous décrochez un nouveau contrat ? Il pense : « Encore plus de travail … »

    Il décroche une promotion ? Il pense « les responsabilités, c’est des soucis en plus »

    Le problème d’avoir un collègue dépressif, c’est que bien souvent, il vous plombe le moral, détruit votre motivation et vous donne envie de le tuer pour abréger ses souffrances.

  • QUE FAIRE ?
  • 2 solutions :
    Soit votre collègue vient de vivre un évènement difficile (divorce, deuil, problèmes d’argent…) et il faut être patient et lui remonter le moral. Soyez humain !

    Soit c’est un dépressif chronique qui se complait dans son malheur et essaye d’y entrainer son entourage pour se sentir moins seul. Auquel cas il faut : d’abord lui expliquer que son négativisme vous dérange, si vous ne lui dites rien cela pourrait justifier sa parano. S’il ne réagit pas, fuyez si cela est possible ! Sinon ignorez le (un I pod sur les oreilles peut vous aider à ignorer ses plaintes). Au moins, vous l’aurez prévenu.

      Vous avez aimé cet article? Téléchargez gratuitement mon guide dans lequel j’explique comment vous pouvez trouver le job de vos rêves en 9 étapes en cliquant ICI

    Commentaires (26)

    Bonjour,
    Merci pour votre article. J’ai moi même été confronté à ce genre de problème dans plusieurs entreprises et c’est vrai que c’est très délicat de ne pas tomber dans la négativité à son tour ou finir par être « méchant » avec la personne qui passe son temps à se plaindre.
    Je dirais que si c’est possible faites vraiment tout ce qui est en votre pouvoir pour fuir ce genre de personne car c’est vraiment une plaie au quotidien !

    Ce n’est pas du tout possible d’établir une communication avec une personne dépressive, le mieux c’est de savoir s’éloigner d’elle, mais au cas où vous n’aurez pas la possibilité pour s’éloigner de la personne, le seul moyen c’est de vous absentez le plus souvent à la maison si vous vivez avec un dépressif
    vente de bijoux en ligne recently posted..Pince à billets Genio AvgvstiMy Profile

    Salut,
    Je ne suis pas dépressif, mais les expressions « vivement la retraite ! » et « vivement ce soir que je me couche », je les dis souvent, c’est juste la fatigue qui me fait dire ça ;-). Pour le reste, c’est sur que ce genre de personnes sont capables de vous pourrir la vie, j’en ai connu dans mon entourage, donc pas obligé de les fréquenter trop non plus, et heureusement je n’y ai jamais eu droit au travail, ça doit être vraiment horrible!

    C’est toujours le problème de ne pas donner trop de soi et de ne pas être égoïste à la fois.

    Moi je ne suis pas non plus dépressif, mais « quel travail de merde », « vivement la retraite », « on est mieux en vacances » je les dis tous les jours pour la simple et bonne raison que je m’emmerde dans un boulot qui ne m’interesse pas… mais c’est pas grave, je suis payé quand même! 😉
    tewoz recently posted..Solutionnons. (jeu de l’été inside)My Profile

    Salut

    C’est vrai, et on risque même de devenir dépressif avec lui à force de l’entendre se plaindre constamment. Borné par son égoïsme, il ne sait même plus et ne pense pas que les autres aussi ont besoin de vacances et tout ça, mais par besoin, chacun essaie de travailler pour subvenir à ses besoins. En tout cas, moi, personnellement, je pense qu’il ne faut pas fuir ce genre de personnes, mais il ne faut pas non plus trop les côtoyer.

    Je dis souvent « quel travail de merde », « vivement la retraite », etc… parce que je le pense vraiment. Et oui aussi, je suis dans la catégorie « dépressive » et je pense pouvoir dire que non, les dépressifs chroniques ne se complaisent pas de leur situation, ils souffrent réellement et sont totalement prisonniers de leur situation. On peut faire beaucoup d’efforts pour les choses changent, sans que pour autant elles ne changent.
    Si je saoûle mes collègues, ils n’ont qu’à me le dire, si c’est leur seul désagrément au boulot, ce n’est pas trop grave, en tout cas certainement moins que d’arriver au boulot en pleurant, de pleurer aux toilettes régulièrement, de se sentir mal, inutile et bon à rien constamment, et se retrouver à cause de cette auto-dévalorisation permanente (dûe en particulier à un état dépressif) prisonnier d’un boulot sans aucun sens et qui nous détruit à petit feu.
    Et non, « partir » n’est pas justement pas LA solution qui me vient en premier parce que je ne sais même plus ce que je vaux, ni ce que je sais faire.
    Voilà.

    Merci pour cet article. Je n’ai jamais travaillé avec un dépressif, mais j’en connais quelques uns dans mon entourage. C’est très difficile de gérer ces personnalités car bien souvent elles tiennent à leur tristesse et à leur mécontentement plus que tout; râler et s’énerver est leur principale motivation.

    Intéressante discussion, on n’a pas tous la même sensibilité vis-à-vis des personnes qui se plaignent ou qui font preuve d’un négativisme constant. Il n’est tout simplement pas possible de remonter le moral d’une personne dépressive, car le problème ne vient pas du travail, ni de vous, ni du patron.

    Une personne qui se plaint c’est avant tout une personne qui souffre, parfois sans s’en rendre compte elle-même. C’est souvent une personne qui a besoin d’être écoutée, et qui ne l’est jamais. Ce n’est certainement pas en niant sa souffrance ou en la fuyant que ça réglera le problème.

    Certains sont capables de faire abstraction et de faire semblant d’être positifs, d’autres n’y arrivent pas/plus. Si la négativité d’un collègue vous gêne, dites le lui tout simplement, sans agressivité, en expliquant pourquoi ça vous mine le moral. Essayez de nouer un dialogue, de créer un peu de solidarité. Votre collègue aura le sentiment d’avoir été écouté puisque vous avez réagi à son comportement. Ce n’est peut être pas grand chose, mais ça peut être suffisant pour changer les choses.
    Bibop recently posted..NBA 2K13 : 2K Sports annonce un partenariat avec JAY ZMy Profile

    Pour ne plus être dépressif c’est un travail à faire sur soi-même, il faut apprendre et se forcer à avoir des pensées positives, à ne pas tout le temps voir le côté négatif des choses ou des évènements. Avoir un certain détachement et ne pas tout prendre à coeur. Le dépressif ne peut que s’en sortir lui-même, consulter un psychiatre peut aider mais les autres ne veulent pas être contaminés par son mal-être et donc le fuient, c’est compréhensible.

    Bonjour,

    Les dépressifs chroniques sont des personnes en situation de handicap. C’est rare qu’ils se plaignent, ou pleurent, parce que justement ils tentent de contrebalancer leurs symptômes.
    La dépression est aujourd’hui très bien traitée, et il existe des traitements qui aident vraiment. La plupart du temps, troubles de mémorisation et de concentration sont des effets secondaires, mais la plupart des dépressifs chroniques font partie de vos connaissances sans même que vous vous en doutiez!
    Si vous avez croisé un dépressif qui correspond à vos anecdotes, encouragez-le à consulter et à assumer son handicap.

    La seule chose à ne pas dire à un dépressif, c’est bouge-toi. Cela reviendrait à dire « lève-toi et marche » à quelqu’un en fauteuil.
    Il faut surtout l’inciter à avoir une bonne hygiène de vie, ne pas l’isoler, mais ne pas être tout le temps sur son dos.

    Excellent cette série d’article:-) J’ai déjà vécu cela et c’est galère!
    fabrice recently posted..Phlébite: vous devriez vraiment lire cet article avant de voyager en avion…My Profile

    Merci pour cette article Anais.
    Hélas, personne n’est à l’abris d’une dépression… ça peut arriver à n’importe qui d’entre nous.

    Notre province se trouve au cœur d’un questionnement sur la redéfinition des rôles des collèges et des universités personnellement je n’arrive pas à me mettre au travail. J’ai des problèmes avec une collègue de travail alors je commence à chercher un boulot ailleurs.

    Bonjour,
    c’est normal qu’on va rencontrer des personnes qui sont un peu différents et nous sommes obligé de vivre avec eux , pour ce cas je pense qu’il faut toujours la calmer
    Emilie

    D’un côté, les dépressifs sont barbants et donnent envie de les fuir mais de l’autre, on doit les comprendre, ce sont des personnes qui souffrent énormément!La solution serait de les orienter vers des spécialistes pour qu’ils se soignent!
    Melody Oceane recently posted..Obtenir l’e-book NOVEMBRE gratuitement (suite)My Profile

    Bonjour Anaïs,
    Toujours aussi sympa,fun et pertinent ton portrait psychopathologie du dépressif !
    Face au dépressif chronique, il faut effectivement fuir !
    tu peux lourdement insister sur ce point car rester dans les parages est extrêmement toxique, même si on est costaud…
    Bravo et à bientôt
    Luc mister-no-stress
    Luc mister-no-stress recently posted..En finir avec le stress en 21 jours de sophrologie : Jour 18 : Enracinement (Audio)My Profile

    Bonjour!
    J’ai aimé le sujet, et vous savez quoi?on a tous tendance à la dépression tant qu’on suit le même rythme de travail, la routine peut faire naissance à la depression c’est pour cette raison il faut laisser aller!Ne vous inquiétez pas c’est temporaire! Juste essayez de créer de l’ambiance de temps en temps et souriez! 😉
    Emilie
    Guide voyage recently posted..La Russie: Une destination originaleMy Profile

    Bonjour et merci pour votre article. Nous vous citons dans le notre :

    Travailler avec un collègue… atteint de dépression
    http://www.talenteo.fr/travailler-collegue-depression/

    « Travailler avec une personne atteinte de dépression ne sera donc pas identique selon les cas. Nous avons recensé les traits communs de la maladie, pour que chacun puisse améliorer la relation de travail. Comprendre, c’est déjà changer les choses. »
    Caroline Vincelet recently posted..Travailler avec un collègue… atteint de dépressionMy Profile

    Bonjour,
    Je travaille avec une personne trés dépressive, 70% de la journée je dois entendre des plaintes, trop de boulot, rien à faire ici, on passe que par toi, je suis crevé, j’ ai pas dormi , la vie c’ est de la m..e , j’ ai envie de prendre ma vie etc.. En mode boucle! Depuis 7 ans.
    2 semaines par mois il est malade et reste chez lui, ce qui me permet de respirer un peu…
    Je ne sais plus quoi faire, afin de me protéger de son négativisme…

    La dépression est diagnostiqué comme une maladie, le mieux est encore de lui en faire prendre conscience et d’aller voir un spécialiste qui fera le nécessaire pour le soigner.

    Si c’est le cas d’une dépression chronique bien entendu, car si c’est du à un évènement, et bien il faut savoir endurer et laisser le temps, c’est la vie, ça nous arrive à tous d’avoir des coup dure.

    Dans son cas, c’est une dépression chronique. Il a suivi diverses thérapies, il prend actuellement des médicaments trés puissants depuis des années.
    La personne qui tente de le soigner ne veut plus lui prescrire ce type de médicaments et il rentre en guerre avec lui afin dans avoir.
    Il a des troubles du sommeil trés important, enfin j’ ai tenter de l’ aider depuis des années mais je ne suis pas un spécialiste et je n’ai plus la patience et l’ envie de le comprendre et même de le protéger quand il arrive en retard.

    C’est vite insupportable de travailler avec quelqu’un de toujours négatif, on finit par rentrer chez soi déprimé !

    Bonjour,
    Le mieux est de l’envoyer chez son médecin !
    Lui dire d’aller voir un psy serait peut-être trop brutal ?

    Le médecin a l’avantage de pouvoir vous fournir des vacances à lui comme à vous : cela s’appelle un congé maladie.

    Le mieux est encore d’en parler avec le manager, s’il est apte bien sûr à régler ce genre de problème.
    Et qu’il conseille, effectivement, la consultation d’un médecin, comme pour n’importe quelle autre maladie.
    Le plus dur dans cette maladie est de sortir du déni, d’accepter qu’on ne va pas bien et que si on ne fait rien, cela empirera.
    La dépression est une maladie dangereuse qui mène fréquemment au suicide, il est donc vital d’en parler avec quelqu’un qui peut prendre la responsabilité d’en parler de façon sérieuse avec son collègue.

    Bonjour,

    cet article ma choque car il revient à dire que tout le monde devrait fuir les personnes en souffrance, quel égoïsme ! Au contraire, il faut apporter de l’aide à autrui, ce n’est pas facile certes, et il ne faut pas dire n’importe quoi n’importe comment. La dépression étant une maladie, comme dit dans les commentaires précédents, il ne faut pas croire que le dépressif fait exprès ou que ça lui plait de rester comme cela. Au contraire, il s’agit d’un handicap duquel on ne peut sortir qu’avec de l’aide extérieure. Passez donc un peu de temps régulièrement à écouter les autres et à suggérer des conseils. Conseillez de consulter une tierce personne extérieure neutre, par exemple un médecin, un psychiatre, un psychologue, un psychothérapeuthe. Oui il existe bien une grande variété de psy avec diverses spécialités, et non ce n’est pas une honte de consulter et cela ne signifie pas que l’on est fou ! Pour finir, dire à un dépressif qu’il faut qu’il se bouge ne sert à rien, dites lui plutôt d’aller consulter !

    Ecrire un commentaire

    CommentLuv badge

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.