Article en vedette

Obtenir un job pour lequel vous n’êtes pas qualifié : la méth

Article rédigé par Jérémie, auteur du blog Trouveur d’Emploi et du guide Boostez votre recherche d’emploi. Vous aimeriez bien changer de job ? Vous aimeriez bien évoluer mais malheureusement le poste que vous visez a l’air impossible à atteindre, vous vous dites que vous n’avez...

Lire plus

4 choses qu’on aimerait souvent dire à son boss !

Publié par Anaïs | Classé dans Vie au bureau | Publié le 06-04-2014

5

Comme vous le savez toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.
C’est encore plus vrai avec votre chef.

chef
Il y a 4 choses, qu’on a sans doute tous pensé au moins une fois, mais qu’on ne peut malheureusement pas dire à son supérieur.

1 « Je me fous de votre vie ! »


Et oui, le chef est souvent seul au sommet de l’entreprise, et il a donc parfois envie de parler…de son week-end au ski, de ses vacances, du petit dernier.
Personnellement vous pensez que le chef n’est pas votre ami et vous n’avez pas envie de l’entendre parler de sa vie.
Mais si vous le coupez, il risque de mal le prendre. Alors vous le laissez  raconter ses vacances si ça lui fait plaisir.

2 Ne faites pas semblant de vous intéresser à moi


Pour avoir l’air sympathique, les patrons posent parfois des questions sur votre vie entre 2 couloirs « vous faites quoi en général après le boulot ? », « vous avez des enfants, ils vont bien ? ».
Ces questions sont agaçantes car vous voyez bien qu’en réalité le chef s’en tape comme de son premier stagiaire. S’il voulait VRAIMENT vous connaitre, il prendrait le temps d’aller prendre un café avec vous avec vous, plutot que de lancer une banalité au coin de votre bureau.
Mais pour ne pas jouer l’employé désagréable, vous répondez poliment.

3 Vous ne voyez pas que je suis occupé ?


En général quand le chef arrive, on arrête ce qu’on fait pour parler avec lui.
Mais ce dont le chef ne se rend pas compte, c’est que quand il s’arrête de parler, il faut récupérer le boulot en retard !
Alors, oui des fois, c’est vraiment rageant d’interrompre un travail important, juste parce que votre supérieur veut sentir l’air du boulot et/ou vous demander si tout va bien.

4 Laissez-moi faire les choses à ma manière !


Combien de fois votre patron, vous a confié une tâche à réaliser, pour ensuite, vous dire ce qu’il fallait faire ou ne pas faire à chaque moment.
Alors dans ces cas-là, on a souvent envie de dire : « 2 deux choses l’une, soit tu me laisse le faire à ma manière, soit tu le fais toi-même ! »

Commentaires (5)

Bonjour
Pour les 2 dernières je ne suis pas tout à fait d’accord.
Par exemple, si on est vraiment sous l’eau, on peux poliment dire : « Désolé, j’ai un dossier très urgent à finir pour dans 10 minutes, il est possible de se voir et d’en reparler un petit peu plus tard? »
Généralement, ça passe plutôt bien !

Et pour le 4, ne pas oubliez, que généralement, vous avez un devoir de conseil.
Donc suivre les ordres à la lettre n’est pas forcément adapté à tout les postes.
Là aussi, un peu de diplomatie permet de se couvrir : « perso, j’aurais fait ainsi, mais je vais suivre votre conseil »

Diplomatique, permettant de faire son boulot ou de se couvrir.
La 2ème méthode, je l’ai utilisé dans mon job précédent.
Résultat final : la méthode du chef n’a pas marché, et j’ai ensuite eu les coudées libres pour faire mon boulot comme je l’entendais! :)

Pour moi ça sera plutôt la 4 ème suggestion ‘Laissez-moi faire les choses à ma manière’ car avant mon boss venait me dire sans cesse ce que je devrais faire et ne pas faire.Un employé a besoin d’orientation et de certaines directives mais il faut lui faire confiance et le laisser bosser à sa manière ce qui serait meilleur.

Il faut bien qu’il est quelques choses à dire lorsqu’il croise son employé.
C’est ce qu’on appelle de la politesse même si c’est banal comme sujet de conversation

J’apprécie le contenu de l’article.
Cependant, je voudrais faire remarquer sur le 3ème point que ce n’est pas un impératif d’arrêter son travail juste parce que le boss passe et qu’il faut lui parler ; sauf le cas où il vous adresse la parole.

Voici comment, au contraire, j’ai réussi à intéresser mon boss et à évoluer professionnellement dans une TPE, puis PME et enfin dans une ETI (toujours familiale et indépendante à 100%, c’est important de le préciser) avant de m’installer à mon compte en 2003. Merci pour cet article qui me permet de proposer 4 réflexions/conseils permettant peut-être de vous faire remarquer, apprécier et au final d’évoluer.

1. Intéressez-vous (un peu) à la vie personnelle de votre boss.

En montrant votre qualité d’écoute, vous comprendrez mieux comment fonctionne votre boss, ses préoccupations personnelles. Il est probable qu’il se confie ensuite sur ses préoccupations professionnelles de patron. Ce qui vous permet de demander le moment venu (lors d’un nouvel échange) s’il souhaite un avis sur des solutions envisageables auxquelles vous avez pensé. Ecoutez d’abord et votre interlocuteur sera disposé peut-être à vous écouter attentivement ensuite. C’est ainsi qu’étant considéré comme « force de proposition positive », mon boss me demandait régulièrement un avis, me permettant d’être souvent le premier informé d’un problème, d’un besoin, d’un désir du boss.

2. Montrez sincèrement de l’intérêt à ce que dit votre boss (ou tout autre interlocuteur) autour d’un verre.

Connaissant les habitudes de mon boss (ou d’un collègue) j’anticipais son désir de discuter d’un problème, besoin, désir professionnel en proposant une pause autour d’un verre. Les conditions étaient ainsi remplies d’écouter activement avant de proposer d’y réfléchir et de reprendre tel ou tel sujet lors d’un prochain entretien et de reprendre mon travail « urgent et/ou important à terminer (pour lui parfois) ».

3. Montrez que vous savez être disponible quand il le faut pour écouter activement ce que le boss a à dire.

Cela suppose s’organiser en conséquence, se préparer à recevoir le boss comme… un client. En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu l’impression de perdre mon temps, quitte à rattraper mon retard dans le travail un peu plus tard. C’est ainsi que je me suis donné une image de personne disponible, toujours à l’écoute, force de proposition, sachant enfin dire « oui » face à 90% personnes qui disent « non », se montrent indifférentes. C’est montrer sa capacité à développer des relations humaines et d’inciter son interlocuteur (le boss en ce qui me concerne) à me « respecter ». C’est ainsi que j’ai petit à petit eu de plus en plus de responsabilités intéressantes (voure stratégiques pour l’entreprise).

4. Présentez votre plan d’actions pour solutionner des problèmes, besoins ou désirs clairement identifiés grâce à un dialogue positif.

Cela fait suite au point 2. C’est ainsi qu’un jour, le boss me propose un poste qu’il décidait de créer (responsable formation). Comme il tenait à ce que ce soit moi et personne d’autre qui tienne ce poste (considéré comme l’un des postes stratégiques pour l’entreprise), j’ai pu négocier les conditions pour remplir ma fonction, à partir de « mes » règles, que la direction a accepté à 100%. Tout cela grâce aux 3 points précités, appréciés de la part de mon boss (mes collègues ont apprécié ma nouvelle prise de fonction leur facilitant le travail sur le terrain et l’atteinte de leurs propres objectifs de résultats).

Ecrire un commentaire

CommentLuv badge

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.