Article en vedette

Pourquoi vous devriez faire du volontariat !

Pourquoi faire du volontariat quand on cherche un travail ? Le volontariat c’est mal payé on est d’accord. Mais comme je l’ai déjà dit, votre travail ne vous rétribue pas seulement avec de l’argent, il vous offre également de l’expérience, des contacts, la connaissance d’un secteur… Toutes...

Lire plus

Comment connaître son futur professionnel ?

Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi | Publié le 07--2015

3

Quand vous avez des objectifs professionnels, n’y pensez pas comme un futur incertain, mais plutôt comme l’évolution inéluctable de ce que vous êtes aujourd’hui.

Pensez à vous dans l’avenir âgé de 30, 40 ou 50 ans, en train de faire ce que vous aimeriez faire.

futur profesionnel

….Directeur de votre entreprise, sur une chaise en cuir confortable avec un grand bureau aux baies vitrées…….ou peut être que vous avez tout plaqué et que vous êtes devenu écrivain dans une cabane au canada….

Dites-vous que vous n’avez qu’à attendre patiemment que votre plan se réalise.

Votre objectif est déjà une réalité à partir du moment où vous agissez !

A chaque fois que vous faites une action vers votre objectif, c’est comme si vous ajoutiez une brique à votre château qui, dans votre esprit, a déjà été construit.

Quand vous envisagez quelque chose et que vous y croyez de tout votre cœur, il est presque impossible que quelqu’un ou quelque chose vous en empêche. La puissance de la confiance en soi est bien réelle.

L’essentiel est de commencer petit et se concentrer sur ce qu’il faut faire aujourd’hui.

Vous n’escaladez pas une montagne en courant vers le haut. Vous préparez votre itinéraire, et vous montez petit à petit, avec l’intention à chaque mouvement de vous rapprocher un petit peu du sommet.

    Maintenant : réfléchissez
    Quel est l’objectif que vous souhaitez atteindre ?
    Essayez de poser par écrit toutes les étapes qui vous permettraient d’atteindre cet objectif ( cela peut être reprendre une formation, acquérir de l’expérience, convaincre votre supérieur de vous laisser plus de responsabilité…). A vous de voir selon votre situation et votre but.

L’estimation n’a pas besoin d’être à 100% exacte, surtout au début.
La clé est de savoir où vous allez, comment vous y rendre et d’AGIR dans cette direction.

Arrêtez de rêver !

Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi | Publié le 19--2014

3

Nous avons tous une idée de ce que pourrait être une vie meilleure :
« Si j’étais chef de Département… »
« Si j’habitais dans le sud… »
« Si je rencontrais quelqu’un …»

Mais soyons clairs : Rêver n’aidera pas vos projets à se réaliser

dream

SEULE L’ACTION PEUT VOUS Y AIDER !

Mais surtout il est possible que vos rêves ne soient pas aussi bien qu’ils n’y paraissent.

Pour éviter de fantasmer votre vie au lieu de la vivre, je vous propose de consacrer une heure par jour à l’un de vos rêves.

Quand on y pense, prendre une heure sur 24 pour mener la vie que vous souhaitez, ce n’est pas énorme…
Une heure ça se trouve.
Même avec un travail à plein temps, même avec un conjoint, et même avec des enfants.

1 / Si vous en avez vraiment l’envie, vous trouverez le moyen de trouver le temps qu’il faut pour faire ce que vous avez envie de faire. Vous avancerez vers votre but, et peut être que vous réaliserez vos rêves. BRAVO !

2 / Mais si vous n’arrivez pas à trouver du temps, c’est peut-être simplement parce ce que vous n’en avez pas vraiment envie.

Ce n’est pas grave, au moins vous pourrez effacer cette idée de votre tête et arrêter de fantasmer.

Vous pourrez alors vous consacrer à un autre projet et continuer d’avancer, au lieu de rester bloqué sur une fausse image.

Bien souvent on idéalise certaines choses, c’est seulement en les réalisant qu’on se rend compte que finalement ce n’était pas si bien ou pas si important qu’on l’avait cru.

Est-ce le bon moment ?

Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi | Publié le 08--2014

1

momentPour quitter votre job ?
Pour demander une augmentation ?
Pour repasser un diplôme ?

La réponse est : OUI !

Beaucoup de personnes se bloquent, car elles veulent attendre « le bon moment ».

Le « bon moment » idéalisé varie en fonction de la vie de chacun.

Ça peut-être :

  • Lorsque les enfants seront plus grands.
  • Lorsque j’aurais assez de sous de côté
  • Lorsque j’aurais obtenu mon diplôme

  • Attention, car définition le bon moment, c’est toujours plus tard, c’est pourquoi le bon moment n’arrive jamais…ET quand il arrive, vous vous trouverez d’autres excuses….

    Quand vous aurez assez d’argent, vous achèterez une nouvelle voiture…
    Quand votre enfant sera grand, vous en ferez un deuxième…etc…etc

    Si vraiment vous pensez que le meilleur moment n’est pas maintenant alors fixez-vous au moins un but et une date précise :
    « J’économise pendant 1 an et je change de job ! » par exemple.
    Attention aux objectifs vagues du type : « quand j’aurais plus d’argent, je changerais de job »

    Mais si vous voulez faire quelque chose, le meilleur moment c’est toujours MAINTENANT !

    Ce qui peut vous arriver de pire…

    Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi | Publié le 28--2014

    2

    chuteQue peut-il arriver de pire ?

    S’imaginer ce qui peut vous arriver de pire suite a une decision est un « truc » de Tim Ferris dans son fameux livre la semaine de 4 heures.

    À chaque fois que vous avez peur de vous lancer ou de faire quelque chose, demandez-vous :
    Que peut-il m’arriver au pire ?

    Bien souvent on s’angoisse pour des choses qui n’en valent pas la peine et se poser cette question oblige à prendre du recul…

    Si vous avez peur d’être licencié par exemple, demandez-vous :

  • Est-ce que je risque de mourir ? Non.
  • Est ce que ca changera ma santé, ma vie de famille ?
  • Est-ce que je serais à la rue sans argent ?
  • Que peut-il m’arriver au pire ? Etre obligé de prendre n’importe quel boulot quand mes droits au chômage se terminent !

    Est-ce que cela serait vraiment si grave ? Non, j’ai déjà exercé plusieurs emplois pas très intéressants et j’ai toujours fini par trouver mieux.

    Les barrières n’existent que dans notre esprit, on est juste dans un état d’angoisse global, et du coup on oublie quels sont objectivement nos craintes. Tout parait alors insurmontable.

    S’obliger à identifier le pire nous fait prendre conscience que finalement, rien de dramatique ne peut arriver.

    Bien souvent « le pire » , ce n’est en réalité que des obstacles qui peuvent être assez facilement surmontés.

    Faites une erreur par jour !

    Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi | Publié le 22--2014

    1

    Mon conseil peut vous paraitre surprenant, mais pourtant, ce que je veux dire est simplement qu’il faut arrêter d’avoir peur de se tromper pour agir.

    Bien souvent nous élaborons des scénarios et des hypothèses : « si je fais ceci alors alors il se passera ça », « si je dis ça, alors on pensera que… »
    erreur
    On se pose soi-même des barrières, qui parfois n’existent même pas.

    En réalité vous n’êtes pas devin, et vous ne lisez pas dans la tête des gens, la seule et unique façon de savoir ce qui va se passer si vous faite quelquechose, c’est de le faire.

    Si vous agissez, vous pouvez vous tromper, mais vous apprenez alors quelquechose, et plus vous vous trompez, plus vous aurez de chance de réussir !

    J’aime d’ailleurs bien la citation d’Edison : « Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé 10 000 façons qui ne fonctionnent pas. Je ne me décourage pas car chaque tentative échouée est un pas en avant vers la réussite. »

    Henri Ford également a dit : « L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente.»

    Quel que soit votre objectif, si vous n’agissez pas en direction de celui-ci alors vous n’avez aucune chance de le voir se réaliser .

    C’est pourquoi je vous engage à faire une erreur par jour ! Une erreur par jour, c’est plutôt une tentative par jour, un pas vers le succès par jour !

    Car le seul véritable échec c’est l’abandon !

    Tant que vous continuerez à essayer jusqu’à trouver la réponse ou la solution, à la fin vous réussirez.

    Comment faire pour sociabiliser ?

    Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi, Vie au bureau | Publié le 24--2014

    4

    Vous êtes peut-être timide, ou vous avez peut-être l’impression que vous n’avez pas besoin de contact avec les autres, mais dans la vie professionnelle, vous devrez surmonter cela pour devenir quelqu’un de sociable et a l’aise avec les autres.
    groupe

    Quelques conseils peuvent vous aider :


    1 Ayez envie (l’envie d’avoir envie….)

    Même si vous êtes timide, même i vous êtes resté vierge jusqu’à 30 ans de peur d’aborder l’autre sexe, même si vous pensez être repoussant et/ou inintéressant, vous devez avoir envie d’établir des relations sociales, sinon cela ne marchera pas.
    Si vous détestez les gens et que votre rêve le plus cher est d’aller vivre dans une grotte en ermite, arrêtez de lire cet article, acceptez-vous comme vous êtes et faites donc votre baluchon.

    2 Prenez des risques

    Sauf si vous êtes réellement un commercial né, parler avec les autres fait souvent peur.
    Peur d’être ridicule, peur de ne pas être aimé, peur d’être moins intéressant que les autres…les barrières sont nombreuses.
    Mais si vous ne prenez pas de risques pour aller vers les autres, vous n’obtiendrez rien.
    Il n’y a pas de potion magique (même si 3 mojitos peuvent quand même vous aider…) pour être à l’aise avec les gens : il faut vous lancer, et plus vous prendrez de risques, plus vous aurez de résultats et plus serez a l’aise.
    Commencez petit : parlez à la boulangère ou au serveur avant de vous lancer avec la femme de vos rêves ou un collègue qui vous impressionne.

    3 Adaptez vous

    Observez et écoutez votre entourage : comment se comportent-ils, que font-ils ?
    Non seulement a toujours moins peur des choses qu’on connait, mais vous saurez également quels sont les sujets qui intéressent les gens, quels sont les sujets qui les font rire, qui les énervent…
    Il ne vous restera plus qu’a vous adapter quand vous entrez dans un groupe : adoptez leur langage, leur code vestimentaire, et essayer de vous faire accepter comme un membre a part entière.
    Bien sur chaque groupe a des codes différents, et vous serez amenés à être différent avec votre club de sport, avec votre chef, ou avec vos subordonnés.
    L’important c’est de pouvoir se sentir à l’aise dans de milieux très différents.
    Par la suite, vous pourrez affirmer davantage votre personnalité, mais en attendant, essayez déjà d’être sur la même longueur d’onde que les autres.

    4 Invitez !

    Pour devenir plus intime avec certaines personnes, essayez de partager des moments exclusivement avec eux : il est parfois difficile de développer de véritables relations entre 2 personnes à l’intérieur d’un groupe.
    Si vous voulez en savoir plus sur une personne en particulier, proposez lui de partager quelque chose ensemble : une activité, un café, un repas chez vous ?
    La encore, il faut se lancer, prendre le risque qu’il ou elle vous dise non, ou même prendre le risque de passer un mauvais moment, mais dans le fond, il ne peut pas vous arriver grand-chose, non ?

    Comment dire non a son chef ?

    Publié par Anaïs | Classé dans Confiance en soi, Vie au bureau | Publié le 29--2014

    2

    nonFaites-vous partie de ses gens qui ne savent pas dire non?

    L’avantage c’est qu’il y a peu de chance qu’on vous licencie (car il est toujours pratique d’avoir un larbin de service).

    L’inconvénient c’est que vous risquez d’y laisser votre santé physique et mentale.

    Alors comment faire pour trouver l’équilibre et savoir dire non tout en restant indispensable aux yeux du chef ?

    Choisissez bien le moment

    Si tout le monde est super stressé, et que vous êtes candidat pour une promotion prochaine, ce n’est sans doute pas le bon moment de commencer a dire non.
    Par contre, si la situation est calme, et que beaucoup de personnes pourraient effectuer cette mission également, c’est peut-être le moment de dire que vous avez déjà assez de travail.

    Essayer de dire non sans dire franchement non

    Si votre chef vous demande de prendre en charge un nouveau dossier, ne dites pas directement que c’est hors de question mais dites-lui plutôt « j’ai déjà tel et tel gros dossier en cours, je pense que je n’aurais pas de temps disponible avant jeudi prochain, est ce que cela est ok si ce dossier prend beaucoup de retard ou est-ce que quelqu’un d’autre peut le faire ? »
    N’oubliez pas de mettre en avant tout ce que vous êtes déjà en train de faire, car votre chef n’en est pas forcément conscient.

    Proposez des solutions alternatives

    Il est important que votre chef croie en votre bonne volonté : vous voulez souffler certes, mais vous ne voulez pas vous le mettre à dos et passer pour le fainéant de service.
    Si vous ne pouvez pas prendre tout le projet, peut être pouvez-vous en prendre une partie ? Rien que le fait de le proposer vous fera apparaitre comme quelqu’un de dynamique, et le plus probable est qu’il donne quand même la totalité du dossier a quelqu’un d’autre.

    Si vous avez une bonne raison dites simplement : “NON !”

    Les bonnes raisons peuvent varier d’un endroit a l’autre.
    Cependant il semble évident qu’un mariage, un enterrement, des vacances à l’étranger déjà réservées …sont de bonnes raisons.
    Dans ces cas la soyez inflexible. Rappelez a votre supérieur que d’habitude vous dites toujours OUI, mais que les circonstances extérieures vous empêchent de pouvoir l’aider sur ce coup-là.

    Une fois que vous aurez esquivé 2-3 les demandes de votre chef, il se trouvera un nouveau larbin et viendra déjà moins systématiquement vous demander de l’aide. Comme d’habitude, ce sont les premiers pas qui coutent !