Article en vedette

Savez vous ou vous allez ?

J’ai parlé dans un précédent article du profil des « victimes » et de ceux qui « agissent » Cependant parmi les gens actifs, force est de constater qu’ils existe des sous catégories : 1- Ceux qui savent ou ils vont Certains ont un plan de carrière tout tracé, ils savent exactement ce qu’il...

Lire plus

Mieux vaut être chômeur que mal employé !

Publié par Anaïs | Classé dans Recherche d'emploi | Publié le 17-03-2013

29

Gorilla Mother scolds her Child

Des études viennent de montrer que les employés qui ne sont pas heureux au travail jugent leur vie plus durement que les personnes qui sont au chômage.

Finalement c’est assez logique :

  • Quand vous êtes au chômage, toutes les possibilités s’offrent à vous : certes, vous n’avez pas de travail, mais vous pouvez rêver de d’en trouver un qui vous plait, qui soit bien payé, ou vous vous éclatez
  • Alors que quand vous êtes employé dans une entreprise et que votre job ne vous plait pas sans espoir de changement, vos horizons sont très réduits. Les deux seules possibilités qui s’offrent à vous sont alors : supporter votre condition ou partir, avec les risques que cela suppose.
  • Finalement c’est avant tout l’absence de perspectives qui rend malheureux au travail !

    Presque tout le monde est disposé à faire des efforts pendant un certain temps : être en période d’essai, faire un stage avant d’être embauché ou même faire des tâches ingrates quand on est le dernier arrivé dans l’équipe…mais tous ces efforts ne sont consentis que dans l’espoir d’obtenir mieux par la suite
    Si cet espoir est anéanti, alors c’est la déprime assurée.

    Alors si vous êtes malheureux au travail, et qu’il n’y a aucun espoir pour que ça s’arrange, vous savez ce qu’il vous reste à faire : P-A-R-T-I-R !!!

    Au pire, vous retrouverez un job qui ne vous plait pas…mais au mieux ? Qui sait ?

    Commentaires (29)

    C’est en effet le constat d’une étude — australienne, si mes souvenirs sont exacts — qui date de deux ans, mais qui trouve encore son public.
    Mais on oublie en la citant que l’objectif d’un emploi est tout d’abord d’assurer un revenu alimentaire.
    Dans une conjoncture plus fluide sur le marché du travail, ce genre de réflexions n’aurait aucun sens, puisque beaucoup de personnes recherchant un emploi qui puisse leur convenir seraient assurées d’en trouver un autre après avoir quitté un qui ne leur convenait pas.

    C’est souvent la peur de la perte de revenus qui pousse à rester dans un poste qui ne plait pas. Il est possible de prospecter en gardant son poste, ou de négocier son licenciement pour avoir quelques mois de sursis!
    William recently posted..Un cigare qui vous à rendu malade? 7 conseils pour l’éviter à l’avenirMy Profile

    On retrouve très bien le parcours de personnes qui ne s’épanouissent pas dans leurs boulots, et il y en a de plus en plus, faire de son mieux ou voir même plus, on attend une récompense en quelque sorte, et souvent c’est la douche froide aucune reconnaissances aucune évolutions,.

    « Si le job ne vous convient pas partez ! » Facile à dire ! C’est peut-être ce que devraient faire les 80% de Français qui vont travailler à reculons le matin mais lorsqu’on a aucune autre sortie de secours ça ne me parait pas très prudent.

    Le pire effectivement c’est de se coltiner sans cesse des promesse de stage, des promesse en tout genre tout court, alors qu’on voit bien qu’il n’en sera jamais rien. Le chômage en tant qu’une situation plus enviable qu’un mauvais travail ? J’en suis pas aussi sûre. C’est peut-être possible dans les pays où existent des structures de prise en charge, des aides et ainsi de suite. Cependant, il est difficile d’en faire une généralité, un modèle universel. Donc, au final on doit se poser qui a réalisé les études que vous mentionnez, dans quel pays et sur quel échantillon.
    Théodora recently posted..Eclairer son hall d’entrée avec des LEDMy Profile

    Je suis assez d’accord avec votre analyse qui est relativement simple : Plutôt que de se plaindre d’un mal-être il faut se lever et se bouger, même si cela doit passer par une phase de chômage… ça s’appel prendre des risque, et on a rien sans risques.

    C’est un des grand maux de la France, on ne sait pas prendre des risques, les américains sont bien meilleurs pour cela, je pense que c’est en parti à cause de la facilité pour un employeur de licencier et aussi pour l’employer de trouver un job!

    L’idéal, quand un job ne plaît pas, est tout de même d’en rechercher un pendant sa période d’activité, avant de partir sans rien avoir trouvé! C’est effectivement assez risqué, surtout depuis quelques années!

    Le travaille peut être une grande source pour notre bonheur…..comme il peux être aussi la source de notre malheurs et dans ce cas la le chômage est nettement mieux.
    James recently posted..L’avantage des concours gratuits (les gains, le temps que cela prend, etc.)My Profile

    Oui tout à fait et je n’encense pas les personnes au chomage mais aujourd’hui avec le gaspillage, il existe des modes de vie qui reposent sur la recuperation de nourriture, pas de telephone, pas de consommation energivores etc cela reste encore marginale et le travail n’est pas une finalité, ce n’est qu’un but vers autre chose…

    Il est vrai que mal choisir son travail implique un lourd ennui une fois recruté. Il est lassant pour tout le monde de faire quelque chose que l’on n’aime pas. Il vaut mieux retourner à la case départ et recommencer dans la bonne voie.
    Yves recently posted..Creer une roseraie dans un petit jardinMy Profile

    C’est vrai que travailler dans un endroit qui ne nous plait pas n’est pas très motivant mais cela permet quand même d’avoir un revenu.
    Si on ne se plait pas dans son travail, je pense qu’il vaut quand même mieux le garder le temps de trouver autre chose plutôt que de claquer la porte et de se retrouver sans rien ensuite.

    Partir ? Plus facile à dire qu’à faire. Peu de gens ont le luxe de se permettre ce genre d’acte surtout vu la conjoncture actuelle.
    Rappelons que bien souvent « on ne vit pas pour travailler, on travaille pour vivre ». Il vaut mieux garder un job pourri qui permet de tenir jusqu’à la fin du mois que de tout arrêter pour risquer de ne rien retrouver et de ne manger que des pâtes.
    gîte la bresse recently posted..Pour un Séjour Vosges réussiMy Profile

    Je ne suis pas trop d’accord avec ce principe, je pense que le mieux est de rechercher un autre emploi en parallèle, après si vraiment ça se passe mal peu importe pour quelle raison mieux vaut se mettre au chômage temporairement !

    C’est tout à fait vrai ! si on n’est pas heureux au travail mêmes nos ambitions vont souffrir d’une ‘dégradation’ donc être chômeur avec l’ambition d’être heureux au travail est mieux de travailler sans vouloir le faire !
    Mimi 25 recently posted..Un centre de relation client pour Ikea éclairé par des ledMy Profile

    C’est vrai qu’être au chômage ce n’est pas forcément dramatique, cela peut permettre de bien réfléchir, de donner une autre orientation à sa carrière professionnelle, donc de s’épanouir autrement. Alors qu’une fois qu’on est coincé dans un job qu’on aime pas, c’est vraiment compliqué…

    Il y a le contexte économique qui n’est pas forcément assez clément pour pouvoir se permettre de partir en claquant la porte. Si la pression est trop forte, il y a toujours la possibilité proposer une rupture conventionnelle à son employeur bénéfique aux deux parties si les choses se passent mal… C’est l’occasion de faire un point sur soi, éventuellement penser à une formation avant de se remettre au travail !

    Dans une société en crise est un véritable cercle vicieux: d’une part il est plus difficile de trouver un emploi, de l’autre, les entreprises profitent de cette précarité pour imposer à leur salarié des conditions de travail qu’ils n’accepteraient pas s’ils avaient les mains libres.
    Si assez de gens se mettaient à avoir le courage de refuser qu’on les prennent pour des pigeons, la tendance serait peut être renversée, mais il ne faut pas rêver. En attendant, cela ne peut que faire du bien au niveau individuel, car même en cas d’échec, on peu avoir la satisfaction de prendre sa vie en main.

    je pense que ce n’est pas vraiment mieux d’être au chômage, car l’inactivité peut rendre malade ! ce qu’il faut faire c’est de se tourner vers un travail adéquat , c’est bien pour cette raison que bon nombre de personnes travaillent actuellement en freelance !

    Malheureusement certaines personnes n’arrivent pas à concevoir la chose ainsi. Et pensent encore qu’un CDI c’est le bonheur assuré…
    Il vaut mieux prendre le temps, voire refuser des offres, qu’accepter un travail par défaut. C’est sûr !
    Paul – Plafond recently posted..Le prix d’un faux plafondMy Profile

    je rejoins ce que dis Paul, il est bien plus sage de prendre son temps et trouver un travail qui plait ! La raison viendrait peut-être du fait que les personnes ont de plus en plus peur du chômage! avec une très grande manque de confiance en soi en prime.

    bonjour,
    J’ai été dans cette situation et j’ai pris la décision de partir car je ne voyais plus d’intérêt dans mon job. Alors c’est vrai j’ai la chance d’avoir un conjoint et un chômage pour le moment confortable. j’ai fait le choix de changer de métier et c’est assez flippant. Mais quand je revois mes anciens collègues tous au bord de la dépression, ils me disent tu as bien fait c’est courageux moi j’en peux plus. Bref, je n’attendrais plus autant pour partir !

    Ce n’est toujours pas vrai! Travailler même avec des cents est toujours plus honnête et plus digne que d’être chômeur. C’est vrai que dans toute vie active où l’on commence sa carrière les débuts sont difficiles, mais les choses s’arrangeront de jour en jour pour mériter son vrai salaire. Une personne qui travaille c’est une personne plus équilibrée. Un chômeur, même s’il est content de sa situation est au fond de lui même anxieux et se sent inférieur aux autres et les autres les stigmatisent.
    Travaillez et évitez le chômage car il tue à petite chandelle.

    Pour moi je doit continuer dans un post qui ne me plait pas seulement pour avoir une expérience car je viens d’avoir mon diplôme :(

    Moi je l’ai fait,j’ai quitter un travail qui me fesait chier ,c’était soit ça soit le suicide,il ya presque un an maintenant,je fait un stage non rémunéré aujourd’hui,et malgré que je crève très souvent la dal,je suis heureuse parceque j’aime ce que je fait

    Les licenciements négociés, faut oublier, plus personne ne pratique. Et dans un contexte économique aussi morose que celui actuel, il faut quand même bien du courage pour oser quitter un job… quand au fait que les « mal-employés » sont plus critiques que les « sans emplois », faudrait poser aussi la question aux sans abris…. encore une belle étude qui ne sert à rien.

    salut ,
    je suis tout a fait d’accord avec vous , c’est encore pire dans certaines missions interim où on peut vous faire faire le sale boulot sans aucune perspective d’avenir .
    yoyo recently posted..facebookMy Profile

    Je suis d’accord, mais il y a de moins en moins (très rare) de CDI en France, on a pas meme plus le temps d’aimer ou de détester un job puisque le contrat se termine qu’il faut déja en chercher un autre. 3/4 des contrats en France sont des CDD de moins d’un mois …

    Le chômage peut être une solution mais attention de ne pas trop trainer dans les recherches, la fainéantise prend très vite le dessus.
    Chris.k@American arts recently posted..Le voleur de temps – Downtown MiamiMy Profile

    Oui mais il ne faut pas oublier que le chomage ne dure qu’un temps !

    Comment régler le problème du chômage, une bonne question ! En bien surtout ne faite pas comme les Français, le choix de la France c’est le chômage de masse pour éviter l’emploi à faible revenus. ( super pour le développement des PME )

    J’ai un frère qui à 23 ans et qui me dit préférer resté au chômage ( 24 mois ) que gagner la même chose en travaillant, voila le résultat des choix fait par notre pays. Mon frère est en train de sombrer dans l’inactivité et la feignantise sous prétexte d’être trop bien payé au chômage !

    J’aime bien le titre de l’article et bien sur son contenu, il ne faut pas accepter n’importe quel salaire pour quelqu’un qui a confiance en soi et ses capacités, le chômage ne dure pas mais il faut patienter pour trouver le travail qui nous convient.
    Ebe@économie recently posted..économie d’eau facilementMy Profile

    Ecrire un commentaire

    CommentLuv badge

    Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.